Retour vers l’Asie

 

Ce blog relate un nouveau voyage vers l’Asie en duo après plusieurs voyages consécutifs pendant 8 ans, jusqu’à faire un tour complet à moto Honda 400 XR.

La première partie commença par le parcours Avignon – Delhi de 3 mois en 2008, puis d’une boucle en Inde de 3 mois en 2009, suivi de 13 mois de vadrouille de l’Inde à l’Australie , entre juillet 2010 et août 2011. De retour en Australie en décembre, ça continue vers le centre, le sud puis la Nouvelle Zélande jusqu’en mars 2012.

C’est maintenant l’Amérique du sud qui nous accueille. En 2012 / 13, c’est une boucle sud, Argentine – Bolivie – Chili. Début 2014, c’est direction  nord ouest à partir de l’Uruguay, Brésil, Paraguay, Bolivie, Pérou, Equateur et Colombie.

2015, c’est le moment de passer en Amérique Centrale, le Mexique et la Californie. Retour vers le Mexique et les USA  en 2016 puis retour vers notre douce France après 8 années de balades autour du globe. 

Bonne lecture

Contact à : beubeu_fanfan@hotmail.com

Articles Récents

post Welcome in Iran

English version at the bottom

L’Iran c’était déjà un coup de cœur lors de mon voyage vers l’Inde il y a dix ans, ce n’est donc pas un hasard si nous faisons un détour de quelques milliers de km pour y revenir et partager cette fois la découverte avec Françoise . Et nous avons le bonheur d’y entrer le premier jour du ramadan !
Pas de restaurants ouverts la journée, mais une coutume religieuse relativement relâchée, nous avons partagés bon nombre de petits déjeuners et quelques piques-niques que les iraniens adorent pratiquer en famille.
L’accueil reste toujours aussi généreux et attentionné. A peine la frontière passée, on s’arrête acheter une bouteille d’eau ; on se la fait offrir par un client dans la boutique avec une pâtisserie. J’achète des caoutchoucs de repose pied, pas moyen de les payer, nettoyage de la moto après une partie de  » moto cross » sur route défoncée, idem, si on s’arrête consulter un plan ou une carte en ville, inévitablement la conversation va s’engager dans la minute qui suit, qui finit au moins par une invitation à un thé ou la nuit passée dans la famille.
Sur autoroute, une voiture se porte à notre niveau, très souvent pour nous photographier ou nous filmer , ou tout simplement nous saluer, cette fois la vitre arrière s’ouvre sur une magnifique iranienne criant : » WELCOOOOME  » dans un grand éclat de rire, c’est une partie de l’Iran qu’on a vécu, pas celui des médias.

Et puis une richesse incomparables de monuments, de paysages différents, des rizières aux glaciers en passant par des zones désertiques, bref l’Iran nous a bien plu. Et puis, cerise sur le gâteau, la dévaluation de la monnaie nous a apporté le précieux carburant à 14 centimes d’euro le litre, on se déplace ainsi de 500 km pour 3 € !
Des visas nous attendent plus loin, c’est donc à regrets qu’on doit partir.

Mashhad, le 11 juin 2018

English translation at the end

I had a crush for Iran during my last trip 10 years ago, that is why we made a few thousands kms detour to visit the country, and this time, share this discovery with Françoise. We have the pleasure to enter the country on the 1st day of Ramandan !

Restaurants are closed during day time, but the religious customs are quite relaxed. We shared numerous breakfasts and a few family picnics that Iranians enjoy.
The welcome remains generous and caring. As soon as we cross the border, we stopped to buy a bottle of water, that we got offered together with a pastry by a customer of the shop. I bought footrests rubbers that I did not managed to pay. We washed the motorbike after a « moto cross » on a broken road, no way to pay. If we stop to look at a city map, we will inevitably end up talking with someone within a minute, and end up at least with a tea, or an invitation to spend the night in their family. On the motorway, a car often comes at our level, to take a picture, films us, or just say Hello. Once, the back window opens and a beautiful Iranian girls shout « WELCOOOOME », laughing. This is how Iran is, far away from what medias usually show.
Then, there are also these amazing monuments, so many different landscapes, rice fields, glaciers, or deserts. Well we really enjoyed Iran !
The icing on the cake, the depreciation of the currency put fuel at 14 cents per litre, so we spend 3€ for a 500km ride !
Other visas are waiting for us forward, and we are sorry to leave the country

Mashhad, 11th june 2018


post Turquie, Géorgie, Arménie

   English version at the bottom

     Istanbul nous a ouvert les portes de l’Asie, nous avons pu ainsi suivre la côte de la mer Noire par une jolie route de corniche au dessus de la mer, mais parfois dans le brouillard. Safran Bolou, ville étape très pittoresque recommandée a juste titre, est fréquentée par les touristes de toute nationalités.

A Trabzon, voyant le pneu avant s’user un peu plus vite que prévu, j’en achète un de rechange que je devrai transporter, les pays suivants n’en disposant pas. On emmène toujours ses peurs et ses craintes dans les bagages, en voici une de plus !

La frontière Turquie Géorgie s’est bien passée, en  une heure seulement change et assurance compris, malgré une file interminable de camions. Premier pays visité des ex républiques soviétiques. Nous avons une adresse d’hôtel a Batumi, ville balnéaire très moderne avec de bons restes de l’époque soviétique, mais a peine la moto béquillée, l’hôtelier nous saute dans les bras chaleureusement pour nous embrasser ! Il  nous a confondu avec nos copains qui étaient passés 2 ans auparavant. La méprise passée, nous avons  tout de même passé la soirée ensemble avec toute la famille, cousins et beaux frères, en trinquant à chaque gorgée, les verres se remplissant continuellement de vin blanc, en chantant et dansant sur les airs de Joe Dassin, on parlait presque Géorgien en fin de soirée, quelques heures seulement après avoir passé la frontière !

Kutaisi, Gori ville de naissance de Staline, Tbilissi la capitale, autant d’étapes qui nous ont permis de découvrir et mieux comprendre l’histoire chargée de la Géorgie. Pays très vert au demeurant, on s’en est vite aperçu par de bonnes averses.

Le passage Géorgie – Arménie est assez austère, la présence de visas turques – les ennemis séculaires- sur mon passeport a dérangé les douaniers, mais après une bonne attente et quelques explications, la barrière s’est enfin ouverte .
Des routes défoncées, de la pluie et des camions, le cocktail est réussi pour se repeindre de boue.
Yerevan, la capitale nous accueille sous le soleil. Alice, la sœur d’une amie nous fait découvrir tous les secrets de la ville et comprendre l’histoire de ce pays si attachant.
La frontière Arménie – Iran se passe plutôt facilement, en a peine 1 h 30, visas et carnet de passage en douane en poche, malgré la chaleur et le climat assez froid entre les 2 pays, barrières cadenassées , douanière arménienne belliqueuse envers Fanfan, barbelés continus, etc…
Nous avons dégusté sans retenue du monastère orthodoxe et du porc, en attendant de dévorer du minaret et du kebab un peu plus loin.
Nous nous serions bien attardés plus longuement dans ces deux derniers pays très montagneux, mais nous avons des impératifs de dates sur les visas suivants a respecter scrupuleusement, il faut donc avancer un peu.

Sur les bords de la mer Caspienne, le 21 mai 2018

(english translation at the bottom)

Istanbul was the Gate of asia. Then we followed the black sea coast on a very beautiful cornice road above the sea, but sometimes very froggy. Safran Bolou, a very picturesque place, rightly recommended, is visited by tourists from worldwide.

In Trabzon, I saw that our front tire was wearing out a little more quickly than expected, so I bought one that we will carry for a while, because the next countries may not have any like the one our motobike needs. We also bring our fears with us, here is one !

The turkish/Georgian boarder crossing went well. Despite a big line of trucks, we crossed the boarder in one hour, currency change and insurance included. First country to be visited among the ex soviet republics. He had the hotel address in Batumi, a very modern seaside town : as soon as we kick off the bike, the owner warmly hug us ! He confused us with some friends of ours that came 2 years ago. When the misunderstood is solved, we spent the evening with the entire family, cousins and brothers in law, toasting with each sip, glasses fulling up all evening long with white wine, singing and dansing on Joe Dassin’s song. Fanfan and I were almost talking Georgian language at the end of the evening, a few hours after crossing the boarder.

Kutaisi, Gori (Staline birth city), Tbilissi (the capital), cities where we discovered the history of Georgia. It is also a very green country, as we soon could see with great watersprouts.
The Georgian/Armenia boarder is quite stark. The turkish visa on our passport -enemies for centuries- was an issue for custom officers. But after waiting a long time and a few explanation, the barrier opened at last.
Broken roads, rain, trucks, all the elements to be covered with mud.

Yerevan, the capital, welcomes us under a great sun. Alice, a friend’s sister, leads us throught the city, its secrets and interesting history.

The Armenian/Iran boarder was quite easy (in only 1 h 30, visas and pass book included) despite the warms, the cold athmosphere between the 2 countries, padlocked barriers, a very unfriendly custom officer with Fanfan, and continuous barbed wires.
We enjoyed unrestrained Orthodox monastery and pork, waiting to devour the minaret and kebab a little further.
We would have loved to stay a little longer in the too last visited countries, but we have compulsory dated on our next visas so we need to go further .

On the Caspian sea coast, May 21th 2018


post On the road again, de nouveau sur la route

Depuis notre retour du continent Américain, nous avons fait une pause voyage à moto de presque 2 ans. Le temps de préparer et se préparer à ce qui va suivre :

Un voyage de 13 mois vers l’Asie.

Pourquoi l’Asie ? Pour éviter de changer l’adresse du blog !
Et puis on aime l’Asie, aussi on est loin d’en avoir fait le tour, il en reste à découvrir, des coups de cœur où on veut revenir, et des vieux rêves à réaliser.

Partir 13 mois, c’est facile, gérer ses absences, c’est un peu plus compliqué :
absence sociale, absence familiale, absence professionnelle et absence administrative, tout ça à organiser d’un coup.
– Une année sabbatique professionnelle pour Fanfan demandée et autorisée longtemps à l’avance
– le choix et la préparation d’une moto de voyage – Ce sera l’objet d’un post ultérieur-
– Trouver de nouveaux occupants pour notre maison et l’aménager pendant notre absence. Merci à Isabelle et Xavier
– Préparation du voyage proprement dit, surtout l’administratif qui devient de plus en plus difficile, vive internet, mais ça ne fait pas que des miracles !

Nous avons eu des « coups de chaleurs » administratifs d’avant départ, trop longs à décrire en détails ici, concernant le permis de conduire international  -13 semaines de délai-, l’obtention d’un passeport – refusé dans un premier temps puis enfin accordé-  et un retour de visa par la poste la veille du départ – Merci Corinne- !

Et c’est ainsi que 10 ans quasiment jour pour après notre premier voyage vers l’Inde, nous quittons Avignon sous des trombes d’eau vers Nice ou Sheen et Lydia nous accueillent chaleureusement. Pause plus que symbolique chez une grande amitié de 10 ans, j’ai rencontré Sheen sur la Karakorum Highway au nord du Pakistan alors qu’il roulait vers la Malaisie.
Et même si j’ai un peu oublié mes rudiments d’Italien, c’est avec beaucoup de plaisir que nous traversons le pays des Ritals, avec tous ses excès, que ce soit sur la route ou à table.
La côte Ligure nous est apparue sous le soleil, les petites routes sinueuses de Cinque Terra nous régalent, une escale à Sienne, ville jumelée avec Avignon nous cultive, le printemps à travers la Toscane luxuriante nous ragaillardi, Rome, le Vatican, Naples, Pompéi, un trophée bien rempli aux touristes qui « font » l’Italie comme on « fait » les chutes du Niagara ou les Gorges de l’Ardèche !
Il faudrait bien penser à voyager un peu ……
A nouveau, les routes sinueuses du nord de la Grèce parfumées par les orangers et les acacias en fleurs me procure un grand  plaisir de pilotage. Petit arrêt aux monastères des Météores, puis à Thessalonique, seconde ville de Grèce très moderne.

Un détour vers le détroit des Dardanelles, haut lieu stratégique et historique de la première guerre mondiale ou Ottomans et principalement Australiens et Néo Zélandais s’affrontèrent dans de rudes combats de tranchées. Nous suivons à nouveau une petite route côtière le long de la mer de Marmara, un délice de pilotage et de paysages qui nous emmène vers Istanbul.

Et enfin pause de quelques jours dans cette magnifique et trépidante porte d’entrée vers l’Asie,  nous vous épargneront  la mosquée bleue, le palais de Topkapi , Sainte Sophie et le détroit du Bosphore. Les odeurs et les sons de l’Asie approchent, les épices et les appels à la prière rythment nos jours et parfois nos nuits, le voyage va commencer.

Nous prenons progressivement nos repères de voyage, tant dans nos gestes quotitidiens que dans l’organisation de nos bagages, encore que des fruits secs achetés à Naples, nous ne les avons retrouvés qu’à Istanbul 4 jours plus tard.

A bientôt

(english translation at the bottom)

 

Since our return from the American continent, we had a 2 years break in our motorcycle trips. It was the period we needed to prepare the next one : a 13 months trip to Asia.
Why Asia? To avoid changing the URL of the blog!
We also love Asia, and we are far from seeing it all : it remains to be discovered, strokes of heart where we want to return, and old dreams to follow.
Leaving 13 months is easy, but managing our absence is a little more complicated:
Social absence, family, professional and administrative ones, to be organized at once.
_A professional sabbatical year for Fanfan, asked and authorized a long time ago
– Choosing and preparing a travel motorcycle – this will be the subject of a later post-
– Finding new occupants for our home. Thanks to Isabelle and Xavier
– Preparation of the journey itself, especially the administrative part which becomes more and more difficult. Long live the internet, but it doens’t always make miracles!

We had administrative « heat strokes » before departure ( too long to detail here) concerning the international driving licence (13 weeks of delay), obtaining a passport (refused at first and finally granted) and a visa received by mail the day before departure (Thank you Corinne)!
And this is how 10 years after our first trip to India, 10 years almost to the day, we leave Avignon under waterspouts heading to Nice where Sheen and Lydia welcome us warmly. This is a very symbolic stop : this great friendship started 10 years ago, as I met Sheen on the Karakorum Highway in northern Pakistan as he was driving to Malaysia.

And although I have forgotten my rudiments of Italian, it is with great pleasure that we drive through Italia, with all its excesses, whether on the road or at the table.
The Ligurian coast appeared to us under the sun, we really enjoyed the very winding roads in Cinque Terre. A stop in Sienna for culture, city twinned with Avignon. The Toscanese lush Spring energized us. Rome, Vaticano, Naples, Pompei, such places that « has to » be visited by tourists.
Then on the road again, as we have to go forward.

Others winding roads in Greece with orange trees and acacia scents are such pleasant roads to ride. Quick stops in Meteores Monastery, then Thessalonique, which is the second biggest city of Greece and very modern.
The Dardanelle straits, very historical and strategic place during the 1st world war, when Ottomans, Australians and New zealanders fighted strongly. We are driving on a small winding road once again, very pleasant to ride, and landscapes leading us to Istambul. We finaly stop a few days in this beautiful and lively door to Asia. I skip the blue mosque, Topkapi Palace, Saint Sofia and the Detroit strait. Scents and noises of asia get closer, spices and calls to prayers rythms our days and sometimes our nights. The trip is really starting here.

Little by little, we take our trip bearings, in every day life and in the luggages organization : we retrieved dry fruits in Istambul, that we had bought 4 days before in Naples

Bye

Articles plus Anciens

UN TOUR DE GLOBE

Londres – Avignon . La boucle est bouclée

La dernière traversée

Un touriste a Cuba

Baja California, le retour

Les parcs nationaux Ouest USA

Baja California et Californie